Preface by Boualem Sansal


Berlin contre l’islamisme.

Chers amis, vous le savez, depuis les années 80 à ce jour :

  • Le terrorisme islamiste a tué plusieurs centaines de milliers de personnes, hommes, femmes et enfants, à travers le monde ;

  • Il a contraint des populations entières, des minorités ethniques et religieuses notamment, à fuir leurs villages et leurs pays ;

  • Il a levé dans le monde une armée qui compte des dizaines de milliers de djihadistes et de terroristes et dispose de moyens financiers colossaux (et la complicité politique de plusieurs pays, tels l’Iran, l’Arabie, le Qatar ) qui lui permettent d’opérer partout dans le monde et de résister aux armées nationales et à des coalitions militaires formées par les grandes puissances mondiales.

  • Il a réussi à créer un climat de terreur qui paralyse le monde et poussent les gouvernements à multiplier les mesures sécuritaires liberticides, plaçant ainsi leurs pays sous le régime de l’état d’urgence permanent.

Cette situation qui perdure depuis une quarantaine d’années est en train de saper les fondements démocratiques de nos pays et de pousser les populations excédées à se remettre aux partis extrémistes qui loin de régler le problème vont l’aggraver et amener la population à la division, piège mortel dont les islamistes profiteront sans attendre.

La solution est la mobilisation de la société civile. Elle a la liberté politique, intellectuelle, et morale ainsi que le courage pour nommer clairement le danger et parler honnêtement au peuple. Elle seule peut lui fournir les éléments d’informations exactes qui lui permettront de se mobiliser en toute connaissance de cause et d’obliger le gouvernement à assumer ses responsabilités en matière de sécurité du pays et de tranquillité des citoyens. La société civile doit œuvrer sans relâche à obtenir cette mobilisation, en elle est le salut.

Dans toutes les capitales du monde, devront s’organiser des marches comme « La marche de Berlin contre l’islamisme ». L’impact sera colossal si toutes ces marches se déroulent en même temps. Je propose de retenir le 1er Janvier (le début de l’année civile) ou le 21 mars (qui est le début du printemps, le printemps de la démocratie, du renouveau et de la liberté, que les ténébreux islamistes veulent absolument détruire).

Merci à vous.
Vive les marcheurs contre l’islamisme !

Boualem Sansal

Écrivain

Alger le 28 novembre 2017

↑ top